La Fuite en Egypte

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Fuite en Egypte

Message  Michel le Mer 4 Mai - 20:58

La dernière intervention du Ravi et le biscuit de porcelaine figurant au milieu des beatiho m’invitent à cette réflexion sur la Fuite en Egypte.
Carbonel, suivi par Fouque avait dans les années ‘80 en s’inspirant de la tradition espagnole représenté l’arrivée à Bethléem, mais on n’a jamais vu à ma connaissance l’épisode de la Fuite en Egypte esquissée par des santonniers contemporains (du moins en tirage de série). L’épisode se situant juste après le temps calendal, mais figurant parmi ceux de l’enfance pourrait faire partie d’une crèche si l’on s’en tient à la définition stricte de R. Berliner.
En réalité, le massacre des Innocents comme la fuite en Egypte ne sont mentionnés que par l’Evangile de Matthieu (2 13-15). Ces récits sont gonflés par les apocryphes et par la Légende Dorée à l’époque médiévale. L’apôtre les justifie en se basant sur d’anciennes prophéties, Jérémie et les larmes de Rachel (dont le tombeau se trouvait près de Bethléem) pour le massacre et Osée (11, 22) pour la fuite en Egypte: « J’ai rappelé mon Fils hors d’Egypte. » La prophétie est détournée de son sens et s’appliquait en réalité aux Fils du peuple d’Israël. Le récit ne contient que quelques lignes. Si Hérode était prompt à estourbir son entourage, il semble désormais admis que le massacre des Innocents ne peut lui être imputé.

En y réfléchissant, je me rappelle d’une mention de la fuite parmi les moules du santonnier Joseph Siéyes d’Aubagne (le texte reste à redécouvrir) Cet Aubagnais avait acheté les moules de Lagnel . Le fonds fut partagé à la fin des années ’20 entre Marcel PROVENCE et Léopold DOR. Ceux de Provence passèrent aux sœurs Gastine et à leur disparition à René Pesante. J’ai eu de fait entre les mains lors d’une visite chez Pesante en février mars 1987 une partie de moule signée de Lagnel que j’avais transformée qui représentait la Vierge assise sur l’âne avec l’enfant dans les bras. Ce sujet était de petite taille, mais l’empreinte était nette, il avait donc été peu utilisé.
Dans la genèse de la crèche provençale d’autres épisodes bibliques sont mentionnés, prenons en pour preuve la crèche avec la Visitation qui date de 1825 et qui après avoir figuré dans les collections du musée des ATP figure maintenant parmi celles du MuCEM. On peut en voir une photo dans le catalogue Faire la crèche en Europe pp.24-25, Réunion des Musées nationaux, 2006. Les santons ressemblent à ceux de Lagnel. Qu’ils soient de sa main ou repris par ses successeurs.
Rappelons aussi que sous le premier Empire et au cours des décennies suivantes, on représentait Dieu le Père. Rougier dit avoir vu le moule du Père éternel parmi ceux d’Antoine Simon (1802-1857). Pierre Ripert en fourni des photographies en p . de son ouvrage.
Une autre représentation de la Fuite figure dans figurait dans la collection Chave avec des santons d’argile (cat. de l’exposition de Nice, p. Palais Lascaris, 1982).
L’épisode de la fuite en Egypte est raconté par divers Noël provençaux anciens, notamment ceux de N.-D. des Doms, mais aussi par un beau texte de Joseph Roumanille, la légende de la sauge.
Poursuivie par les sbires d’Hérode la Vierge portant l’Enfant. Joseph est parti faire boire l’âne s’adresse à la rose et lui demande de la cacher. Elle refuse et l’envoie chez la giroflée qui refuse de l’aider lui désigne la sauge. La sauge l’accueille et la protège. Elle fait un dais pour abriter l’Enfant. Depuis lors, la rose porte des épines, la giroflée a des fleurs magnifiques, mais malodorantes et la sauge a toutes les vertus guérissantes. On dit en Provence que celui qui n’a pas recours à la sauge ne se souvient pas de la Vierge.
Quelques fuites en Egypte de Belgique, France, Italie et Espagne. Je n’en ai malheureusement aucune de Provence.


Biscuit de porcelaine d’Andenne, 12 cm, vers 1860.


Vieux Bruxelles, porcelaine tendre, 7-8 cm, vers 1870-80


Vieil Andenne, vers 1820-1830, 12 cm.


Relief sous verre, Saint-Nectaire obtenu par dépôt calcaire ou terre à pipe de fabrication belge, difficile à préciser sans ouvrir l’objet, époque Second Empire, vers 1860.


Anri, Santa Cristina di Val Gardena, bois sculpté et peint, 13 cm, 1987.


Fuite en Egypte de l’atelier Castells, terre cuite, années ‘50. Elle a appartenu à mon grand-oncle qui était consul général de Belgique à Barcelone.


Vieux-Paris, vers 1880, 6 cm environ.

Michel

Messages : 1819
Date d'inscription : 29/02/2008
Age : 52
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum